Daredevil: meilleur série de super-héro de tous les temps?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Vous avez sans doute entendu parler du fameux démon de Hell’s Kitchen ou du brillant avocat aveugle de l’univers de Marvel comics. Si ce n’est pas le cas vous devriez passez moins de temps à mater Game Of Thrones et jeter un coup d’œil sur la série à 3 saisons de Netflix.

1/ Une histoire qui va au de la du cliché de l’héroïsme :

Daredevil de Netflix nous a heureusement épargné plein de clichés qu’on voit partout dans nos écrans comme l’image du super héros infatigable et aux ressources innombrables. Les scénaristes de la série ont tout fait pour qu’on ressent la solitude du personnage principal qui quoi qu’il fasse se trouve damné dans un profond néant de remords et de regrets. L’avocat de Hell’s Kitchen qui non seulement aveugle mais perd sa famille aussi depuis l’enfance et resté confronté face à ses propres démons et s’efforce par tous les moyens de décrypter le dilemme des limites de la morale.

 

2/ La meilleur cinématographie

Souvent filmé en plan séquences, les combats de Matt Murdock ne sont pas du tout comme vous les voyez chez les Avengers. L’agressivité n’atteint pas la jauge de rage de celle de Frank Castle (The Punisher) mais la fluidité et le réalisme de la chorégraphie sont tellement excellent qu’on oublie parfois que c’est une série de super héros. De plus que ses personnages charismatiques, l’aspect esthétique de la série montre qu’elle est au-dessus des autres notamment ceux qui tombent dans la réalisation standard et se contente d’un bon scénario comme Gotham, Arrow ou the Gifted.

 

 

3/ Personnages très sombres :

Les vilains de Daredevil sont très sombres et au passé trouble à la fois féroce et fragile en même temps. Wilson Fisk (incarné par Vincent d’onofrio) a été parfaitement adapté aux écrans pour nous afficher un homme dangereux, minutieux au cœur de porcelaine, cela on le voit gûere dans d’autres séries de super héros ce qui fait donne un très bon point pour Daredevil.

La série crée par Drew Goddard ne s’est pas débarrassé des « Boom » et des « Pow » pour mieux alterner cinéma et comic books mais les thèmes que Daredevil aborde restent plus intense et laisse à réfléchir le spectateur contrairement à Iron Fist, Luke Cage et Jessica Jones qui cloués dans un espace temporel et contexte social n’ont pas permis à d’autres problématiques de surgir comme l’extrême solitude et ses enjeux, la loi et la justice et surtout le dilemme de la foi et la violence.

 

 

Share.

Leave A Reply