Peaky Blinders Saison 5 : Sang pour sang Shelby

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Après 4 saisons magistrales, la série originale de BBC et crée par Steven Knight continue à défrayer la chronique à travers un nouveau trame, une nouvelle histoire palpitante et de nouveaux personnages venues de tous les coins de l’univers de la série british.

Le diagnostic amer d’un veuf :

A présent député, Thomas Shelby (Cillian Murphy) a du pain sur la planche pour forger une carrière en politique tout en assurant ses arrières précisément au niveau d’affaires sachant que l’épilogue des années 20 n’a pas été aussi prometteuse. (Effondrement de Wall St).

Steven Knight nous a proposé (comme toujours) une intrigue émise délicatement sur plusieurs axes. En effet, les problèmes et les obstacles ont été quasiment omniprésent tout au long des 6 épisodes, pas de pause et aucune phase de relâchement pour le patron de Small Heath.

Tommy fait face à deux genres d’accrocs, le protagoniste se bat tout d’abord contre sa propre personne, en se noyant dans le whisky et dans le passé, il s’automutile émotionnellement et fais quelques pas en arrières ce qui lui ravive des ardeurs de paranoïa, d’insécurité vis-à-vis son « trône » et surtout son identité.

Tout en essayant de tout contrôler, le roi gitan s’efforce de canaliser son stress, ses anciennes blessures de soldat et de veuf pour mieux gérer son entreprise et les complications générer souvent par les membres de sa famille. Dans cette cinquième saison, Thomas Shelby se tue pour faire du bien à son âme et réagit coûte que coûte pour faire bouger les choses dans une ambiance violente tandis que son entourage semble toujours inconscient et perdu dans la lune.

En avant les années 30’ :

Après avoir fini avec les petites manigances de quartier, Thomas Shelby entre en jeu et prouve qu’il manie le jeu d’échec avec sagesse et perfection, loué par Winston Churchill en personne, Tommy s’impose dans le rôle d’orateur et de leader du parti socialiste ce qui lui permet d’enter en contact avec un certain Mosley dont les ambitions politiques hitlériennes agacent certains et font rêver d’autres personnages. Double agent en faveur de sa patrie ou Buisnessman pragmatique, notre charismatique protagoniste a fait son choix pour équilibrer le jeu à ses faveurs tout en demandant à ses acolytes de lui faire confiance mais les conséquences furent néfastes à cause d’un mouchard bien caché dans un épisode de la série.

Steven Knight garde le trône :

Ce n’est pas du tout nouveau pour les fans des Peaky Blinders, la série marque tous les points nécessaires pour continuer à illustrer un chef d’œuvre au petit écran. Avec des dialogues tranchants et bien placés, Steven Knight assombri ses personnages et ses décors et ne fait rien du tout pour camoufler leurs plais. La caméra du showrunner de « See » n’a pas été timide durant cette saison, celle-ci traine de jour comme de nuit avec ses sujets dans leurs moments les plus pénibles.

 

Share.

Leave A Reply