#001 Putaclic: Entre image et mirage

2

Bonjour, je suis la fille de vos rêves, des milliers d’abonnés sur Instagram, des « outfits » à la pointe de la mode et tous les derniers produits des plus grandes marques. Je suis aussi cette stature élancée et mince qui trimballe son appareil photo de cafés IN et de boutiques de luxe avide de photos d’elle qu’elle publiera ensuite sur un feed parfait et homogène pour qu’on l’adore, la jalouse et qu’on soit avide de ses nouveautés. Je suis des fois très gentille avec mes followers et leur remercie pour être là pour moi, j’en arrive même à leur offrir quelques uns des produits qu’on m’offre pour qu’ils restent toujours prosternés devant mon quotidien, insatiables de ma fraîcheur et mon originalité. Pour faire bonne mesure, je publie quelques rares fois la couverture d’un livre que je ne lirai pas ou les tickets d’un événement culturel qui m’intéresse encore moins. Je me sens encore plus attrayante en le faisant.

Mais qui suis-je réellement ?

Je suis la prostituée des yeux cupides d’une jeunesse affamée d’attention. Je suis une putain, je vends le peu de dignité qui me reste pour couvrir mon corps des habits les plus lestes. Je suis une catin qui pense être une sainte juste parce qu’on ne voit guère mon bout de sein.  Je ne me rends pas compte mais je suis la fille de joie de mon siècle. Je vends une façade qui mue au gré des chèques que je reçois. Je brade mes pieds aux fabricants de chaussures, bazarde mon buste aux confectionneurs de maillots de bain, sacrifie ma peau aux entreprises de cosmétiques et je me délaisse même des ongles de mes pieds et mains pour les quelques millimes de plus que je reçois.

Et là, vous vous dites, est-il si mal de se prostituer pour tout cela ?

Et de ma chambre d’hôtel cinq étoile, mon corps encore dégoulinant de la chaleur de mon sauna, je peux vous dire que c’est loin d’être le cas. Je suis certes sans amis, les connaissances dont je m’entoure doivent bien sûr être populaire, mais pas autant que moi, le petit ami que je trimballe est un énième accessoire qui fait joli-joli sur mes publications, les mots d’amour que je reçois font enfler le nombre de mes commentaires tout autant que mes présomptions quant à mes nombreux tal-ons, mais je suis aussi l’idole de milliers d’écervelés, ma parole est le Graal de mes abonnés. Je suis une artiste, une star montante, et un jour, si je suis vraiment chanceuse vous me verrez à la télé. Je suis dépendante de vos compliments, des nombres qui montent et descendent au gré de mes transformations, de l’argent qui coule et des pièces qui croulent à chaque fois que vos petits doigts de suiveurs cliquent sur l’un de mes liens ou achète l’un des produits que je revends.

Je suis une merveille de la nature jamais satisfaite de ma perfection. Ma beauté s’efface loin de vos yeux et ma silhouette s’affaisse à l’abri  de vos mots. Ma confiance disparaît quand elle n’est pas nourrie des longues tirades de mes admirateurs, que, je ne vous mens pas, lis toute la nuit. Je suis une dépressive, une perfectionniste et rien n’est jamais assez pour assouvir ma vision simpliste. Je suis la reine de chimères que je crée et qui se nourrissent de vos plus sombres pensées. Je suis celle qui tue votre assurance, qui de mes différentes techniques de peintre maquille vos différences. Je suis brune, blonde ou rousse dépendant des saisons et j’aime à vous dire que telle couleur est ma nouvelle obsession.

Qui suis-je ?

Je me le demande moi aussi, suis-je réellement ce que vous croyez que je suis ? Ou bien est-ce l’image que vous vous faites de moi qui fait que je suis, finalement, comme cela.

 

 

Photo Credit: © Aziz Raissi

Share.

2 Comments

  1. J’aime trop le style d’écriture de Khouloud, un vrai plaisir pour moi de lire ses textes à chaque fois !
    Sinon perso les influenceuses, je sais pas trop quoi en penser, honnêtement des fois je les déteste et je les trouve extrêmement creuses et vanitieuses et des fois je me dis mais c’est des génies des réseaux et de com ces filles (valable pour les garçons aussi). Mais bon chacun fait ce qu’il veut de sa vie, on a pas à juger.

  2. Awesome !
    C’est d’une expression et d’une clarté enivrante !
    Bravo pour ce texte poignardant et tellement véridique

Leave A Reply